Ce que nous faisons

Les pays les plus pauvres sont souvent dans l’incapacité d’attirer des capitaux suffisants pour couvrir leurs besoins de développement les plus urgents et sont donc tributaires de l’aide publique, une source de financement cruciale pour eux.

L’IDA soutient toutes sortes d’activités de développement, comme l’enseignement primaire, les services de santé de base, l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement, la protection de l’environnement, l’agriculture, l’amélioration du climat des affaires, l’infrastructure et les réformes institutionnelles. Ces projets ouvrent la voie vers l’égalité, la croissance économique, la création d’emplois, le relèvement des revenus et l’amélioration des conditions de vie. Pour la période comprise entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2020 (IDA-18), les interventions de l’IDA mettent l’accent sur cinq domaines thématiques : changement climatique, égalité des sexes et développement, fragilité, conflit et violence, emplois et transformation économique, gouvernance et institutions.

Les ressources au titre d’IDA-18 devraient permettre, entre autres, de fournir des services essentiels de santé et nutrition couvrant jusqu’à 400 millions de personnes, des vaccins à une population de 130 à 180 millions d’enfants, des services d’accouchements sans risques à un maximum de 20 millions de femmes grâce à la mise à disposition d’un personnel de santé qualifié. Quelque 45 millions de personnes bénéficieront d’un accès à de l’eau salubre et plus de 300 millions d’enfants devraient bénéficier de la formation de 9 à 10 millions d’enseignants.

Nombre des problèmes auxquels font face les pays en développement ne connaissent pas de frontières. En aidant à les résoudre, l’IDA répond aux problèmes de sécurité, de protection de l’environnement et de santé et aide à prévenir la propagation de ces risques au niveau mondial.

Pour les partenaires bailleurs de fonds, l’IDA constitue un instrument efficace pour canaliser l’aide au développement vers les pays les plus pauvres. Les contributions des donateurs étant mises en commun avec les remboursements des bénéficiaires actuels ou passés des crédits de l’IDA, l’Association constitue une source de financement substantielle et stable sur laquelle les pays IDA peuvent compter pour financer leurs priorités de développement.

L’IDA joue par ailleurs un rôle essentiel en cas de crise ou de situation d’urgence en intervenant par le biais de mécanismes tels que le Guichet spécial de financement de riposte aux crises (CRW). Le CRW apporte une aide aux pays confrontés à des crises graves comme la famine en Afrique de l’Est et au Yémen, Haïti après le tremblement de terre de 2010, dans les pays d’Afrique de l’Ouest touchés par l’épidémie d’Ébola, et au Népal après le séisme de 2015. Depuis sa création dans le cadre d’IDA-16, le CRW a fourni 3 milliards de dollars pour faire face à des crises et des situations d’urgence dans 26 pays IDA répartis dans cinq régions. Les fonds du CRW sont fournis en sus de l’allocation ordinairement versée aux pays IDA.

Les activités opérationnelles de l’IDA sont complétées par des études analytiques qui informent la conception des politiques de réduction de la pauvreté. L’IDA conseille les gouvernements sur les moyens à mettre en œuvre pour diversifier la croissance économique et protéger les plus démunis des chocs économiques.

L’IDA coordonne l’aide des bailleurs de fonds pour alléger le fardeau des pays pauvres qui ne sont pas en mesure d’assurer le service de leur dette, et a mis au point une formule d’allocation de dons aux pays menacés de surendettement, conçue pour aider ces derniers à revenir à un niveau d’endettement tolérable.

L’impact de son action sur le développement constitue une priorité pour l’IDA, considérée comme une plateforme qui permet d’obtenir des résultats dans la transparence et d’une manière efficace par rapport au coût. Durant la période couverte par les exercices 11-18, les financements de l’IDA ont ainsi permis de vacciner 274 millions d’enfants ; de fournir à 86 millions de personnes un accès à des services d’approvisionnement en eau de meilleure qualité ; et de recruter et/ou former 8.5 millions d’enseignants.

Pour en savoir plus sur nos activités et sur ce qu’en pensent les donateurs et d’autres observateurs, rendez-vous sur ida.banquemondiale.org, www.facebook.com/ida.wbg, twitter.com/wbg_ida et www.youtube.com.